Blog -2.png
 
  • plumesdelarbre

La digestion de l'ogre


La lumière tremblotante de la chandelle diffuse dans notre chambre en lui insufflant une respiration régulière un peu angoissante, comme si nous étions contenu dans le ventre de la baleine. Enfermés, prisonniers, avalés par un monstre, capable de nous contenir tout entier, nous, la table, les chaises, la chandelle comme une lune de ce petit monde clos.

La nourriture déferle en salve irrégulière et gloutonne, dans l'estomac du monstre. Victime d'une boulimie compulsive , ce flot reflue brutalement à contre-courant, emportant tout sur son passage. Les chaises bousculées sur le sol mouvant, la chandelle éteinte plonge la chambre dans le noir angoissant mais laisse entrevoir une lueur au bout du couloir.

A la prochaine gloutonnerie, c'est décidé, nous nous laisserons emporter par la bile sirupeuse qui éructe vers la sortie.


Ça y est, nous y sommes, la lumière oscille nerveusement, le flot large et régulier ralentit, s'arrête et repart violemment d'où il vient. Nous nous jetons dans le tourbillon baveux qui nous emportent à travers l'œsophage étroit du monstre. Si cette bouillie gluante n'avait pas été si écœurante, nous aurions presque pu apprécier l’ascension.

La lumière est en vue au bout du tunnel. Le retour à la vie d'avant est en ligne de mire. En atterrissant sur la langue musclée et moelleuse, l'euphorie est à son comble . Le monde merveilleux, la lumière franche du soleil, les couleurs éclatantes, les abeilles, les fleurs, le miel doux et sucré, les amitiés trop longtemps éloignées . Un hoquettement, un coup de langue forcée, la salive reglutit, déglutit, nous sommes ravalé à tout jamais, les chaises fracassées, la cire coulée incrustée sur la table , le noir.

Emilie

Artiste Lao peinture : l'ogre à lunettes cliquez ici

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout